Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

2015-07-14T13:02:40+02:00

M + 6

Publié par Coralina

Six mois et une semaine que j'ai perdu mon deuxième bébé. Déjà. De A à Z je n'ai pas vécu cette FC comme la première. Elle a été plus rapide, ça aide. On ne m'a guère laissé le temps de me sentir enceinte, encore moins d'y croire. Cette fois-ci, je ne croyais plus au mythe de la fertilité décuplée après la FC, alors je n'espérai pas le moins du monde retomber enceinte dans la foulée, contrairement à ma naïveté et mon empressement post FC1. Ainsi, les mois ont défilé. Me voici rendue à une demi année plus tard, toujours sur la touche, bien entendu. M'en suis-je pour autant réellement remise? Ma meilleure amie m'a dit récemment que je n'étais pas faible, bien au contraire. Une de ses amies avait fait une grosse dépression suite à une FC isolée, alors que moi j'en avais enduré deux sans sourciller. Oui, c'est vrai, quand mon me voit comme ça, je suis normale, comme avant. D'ailleurs, très peu savent, et des nombreux qui ignorent, aucun ne devine qu'il m'est arrivé cela.

Mais au fond de moi, je me rends bien compte, quand j'ose y regarder, que je n'ai rien de celle que j'étais avant. Qu'est-ce que j'étais insouciante lorsque j'avais mon DIU, ou lors de mes 4 tout premiers cycles d'essais. La fausse couche n'arrivait qu'à celles qui ne faisaient pas attention, moi j'ai toujours eu un instinct maternel décuplé, tout irait bien. Bah oui...Mais non. Alors une, on se dit que c'est probablement la faute à pas-de-chance, mais déjà deux, je ne vais pas mentir, ça m'a quand même bien secouée. Ajoutons à cela une durée bien longue pour retomber enceinte et voilà ce que ça donne...

Je vis ma vie normalement, me concentre sur d'autres choses mais ce mal m'attaquera à des moments de micro-faiblesse, sournoisement. Je laisse de côté les fidèles fins de cycles, où mes règles arrivent encore et encore, me remettant le nez sur mes échecs incessants avec un petit souvenir vermillon de mes FC. Non, je parle de ces moments où je ne m'y attends pas et que ça me tombe violemment dessus. Je me représente ça comme une saloperie qui se pencherait à mon oreille pour me murmurer des choses horribles. J'endure ça depuis ma FC1, évidemment, mais j'ai des petites piqûres de rappel assez fréquentes. Cette petite voix qui me murmure des choses avec tant de conviction que je n'ai aucune peine à y croire. Des gentillesses du style "tu es une incapable, tu n'arrives à rien dans ta vie, pas même à faire des enfants", "c'est normal que tu ne tombes pas enceinte, tu serais une mauvaise mère, regarde, tu es incapable de garder un bébé dans ton ventre", "tu devrais quitter ton homme, qu'il arrive à être père, toi tu en es incapable", "tu as tué tes bébés, tu ne l'oublies pas, hein?"... Et j'en passe. Dans ces moments de faiblesse, les mêmes insanités. Je ne suis aucunement schizophrène, ce ne sont ni plus ni moins que des pensées terribles, que je pense assez inévitables après deux FC et 18 mois d'essais vains.

Alors du coup, j'en viens à me demander si toute cette peine à tomber à nouveau enceinte ne viendrait pas de moi. Et si le problème, dans les FC comme l'hypofertilité qui les suit, ce n'était pas uniquement moi? Suis-je prête à donner la vie une bonne fois pour toutes? Comment vivrais-je une grossesse maintenant? Pourrais-je la vivre autrement que dans une perpétuelle angoisse? Je n'ai jamais vécu une grossesse aboutie, ça a toujours cafouillé dès le départ! Et si, inconsciemment, je bloquais la machine, refusais de porter à nouveau la mort? J'ai tué deux de mes enfants, comment pourrais-je accepter le risque d'en tuer un troisième, puis un quatrième, etc..

Dès que je vois une femme enceinte (comme hier, juste à côté de moi, au feu d'artifice de ma commune), mon coeur se serre, et je n'arrive plus du tout à m'imaginer avec le même ventre, ça ne marche plus, comme une croyance envolée. Dès que je lis un article traitant de la fausse couche, mes larmes dégoulinent malgré moi. Dès que je rate quelque chose, mon bon vieux démon vient me susurer ses mots doux à l'oreille. Clairement, les mois, les années passent, mais la plaie reste vive, j'ai beau chercher toutes les issues pour renaître intacte, me sentir lavée de tout ça, accepter que je n'y suis pour rien, que ce ne sont que des incidents et non la fatalité, je n'y parviens toujours pas. Alors comment puis-je imaginer qu'un autre bébé vienne faire son nid dans ce climat intérieur là?

Mais, surtout, comment réussir à trouver la lumière au fond de ce foutu tunnel?

M + 6

Voir les commentaires

commentaires

Girl Gift Template by Ipietoon - Hébergé par Overblog