Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

2016-04-05T15:01:46+02:00

Les faiblesses autres...

Publié par Coralina

Comme mentionné dans un article antérieur, j'ai plusieurs petites "merdouilles" de santé chroniques qui peuvent parfois être pénibles: vitiligo (indolore, juste inesthétique), cystites plus que répétitives (zéro depuis 2 mois, je respire), arthrite (l'arrivée des beaux jours devrait rapidement faire disparaître les douleurs pour plusieurs mois) et tachycardie.

Mon coeur est une calamité et, lui, pas possible de l'arrêter pour qu'il me lâche les baskets. Il a commencé à déconner sec à l'adolescence. Bon, déjà en primaire, lorsque l'on faisait de l'endurance, il tenait bien moins la route que ceux de mes camarades. Mais vers mes 15 ans, il a sérieusement montré de quoi il est capable. Un jour, en colonie, le lendemain d'une randonnée, il s'est fait une belle embardée. Je m'en souviens comme si c'était hier. Je n'ai pas paniqué, j'avais l'habitude des crises de ce genre, où je passais de 85 à 145 sans grande raison. Il fallait que je m'allonge et attende, bêtement. Sauf que ce jour-là, rien à faire, ça ne passait pas. Je suis sortie prendre l'air, faible comme tout. Rien à faire, je peinais à respirer. J'ai relevé mes manches: bras gauche totalement bleu. Je relève mon pantalon, jambe idem. Tout mon côté gauche était bleu. J'ai été rapatriée, la suite je ne m'en souviens plus trop si ce n'est qu'il ma fallu consulter un cardiologue assez vite.

La consultation reste aussi floue dans mon esprit. Il a diagnostiqué qu'en effet c'était pathologique, une maladie héréditaire, mais qu'on n'agissait pas si les crises n'engendraient pas de malaises avec perte de connaissance. Au fil des années, j'ai appris que c'est exactement ça qui avait plongé ma grand-mère dans le coma à 68 ans, et définitivement tuée à 72. Mon grand-père avait eu un pacemaker assez jeune aussi. Pourtant, mes parents, eux, RAS, cœurs normaux. Tout pour ma pomme, encore...

J'ai appris à vivre avec. Je suis nettement moins endurante que la normale, c'est une évidence. Sans surpoids ni problème autre, âgée de seulement 27 ans, un simple escalier m'essouffle, je ne parle même pas de me faire un sprint ou des longueurs de piscine.La plupart du temps, ça se limite à ces petits désagréments. Mais à certaines périodes, comme actuellement, je vis comme une petite vieille. Je suis essoufflée et nauséeuse pour un oui ou un non. Cinq minutes de marche, porter un poids même quelques secondes, un micro stress...Il n'en faut pas plus à mon palpitant pour partir en cacahuète. A la fin de ce genre de journées, je suis très fatiguée, physiquement et moralement. Se traîner comme une mamie à 27 ans, ça n'augure rien de réjouissant pour la suite. Je sais très bien que je ne vivrai pas septuagénaire, mais j'aimerais aller le plus loin possible et dans les périodes comme en ce moment, punaise, je me demande où seront réellement mes limites.

Les faiblesses autres...

Voir les commentaires

commentaires

Girl Gift Template by Ipietoon - Hébergé par Overblog