Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

2016-07-19T14:17:26+02:00

Première source de désaccord

Publié par Coralina

Il faut avouer qu'avec mon homme, je n'ai pas à me plaindre. On est assez facilement en accord sur tout. On a les mêmes goûts en matière de décoration, on aime les mêmes choses concernant le matériel de puériculture, on a les mêmes attentes dans mon suivi de grossesse. Même sur les prénoms, aucun gros désaccord! Nickel! Oui, mais voilà que je viens de trouver notre premier couac, le premier point sur lequel nos violons ne sont pas accordés: l'accouchement. Non pas qu'il soit contre mon projet mais il ne le prend aaaabsolument pas au sérieux (le goujat).

Vous penserez peut-être comme lui, style "elle est mignonne la fille mais elle parle de l'accouchement à 16SA déjà, en plus elle n'a jamais accouché, genre tu parles de quand tu seras président avec le brevet en poche". Oui, peut-être, mais c'est que ce moment me tient à coeur et je n'ai pas envie d'y réfléchir au dernier moment et que mes désirs passent à la trappe.

Voilà, la tarée expose son désir le plus fort: accoucher sans péridurale.

(Maintenant vous pouvez rire.)

(Je vous en prie, faites-vous plaisir.)

(Impensable, elle ne sait pas ce que c'est, pourquoi faire, n'importe quoi...)

Certes, je n'ai jamais accouché. Je n'ai qu'une conscience vague de la douleur engendrée (n'ayant comme point de référence que les FC, la pose de mon stérilet ou l'hystéro). Oui, c'est peut-être idiot de vouloir se passer d'une aide si précieuse qui fait passer l'accouchement de la torture physique à quelque chose de plus vivable. J'ai parfaitement conscience de tout ça. Mais...

-Je vivrais extrêmement mal qu'on me prive de ma liberté de mouvement pendant que je donne la vie. Je déteste être entravée physiquement, ne pas pouvoir me déplacer, me positionner comme je le veux, je sais que ça viendrait mettre une grosse tache sur un moment unique.

-J'ai envie (quitte à le regretter amèrement sur le coup) de sentir toutes les sensations liées à la venue au monde de notre miracle. Je lis des tas de témoignages de femmes qui ont accouché sous péri et l'ont regretté ensuite, ayant la sensation qu'une fois la péri posée, l'accouchement ne dépendait plus vraiment d'elles. Je veux le vivre pleinement, et jusqu'au bout.

-Je souhaite par dessus tout qu'une fois notre miracle né, je sois (hé oui, encore), libre de me lever, d'aller pisser ou simplement de marcher avec notre merveille dans les bras. Je ne veux pas rester encore clouée à mon lit, voire un peu groggy.

-J'aimerais allaiter (projet auquel, paradoxalement, je crois beaucoup moins qu'à l'accouchement naturel) et je n'ai pas envie que des produits de ce genre passent dans mon lait (oui, je sais, c'est inoffensif, tout ca...Peut-être, mais pas naturel pour autant).

Maintenant, vous pouvez vous lâcher sur le caractère farfelu de ce souhait. Ou bien vous pouvez témoigner si vous avez fait le même choix et l'avez tenu.

Quand je lui en ai parlé pour la première fois avant-hier, chéri a fait une moue peu convaincue. En gros, pour lui c'est trop tôt, trop abstrait et j'ai 99.99% de chances de changer d'avis dès que j'aurai mal. Ca m'a blessée et encore plus renforcée dans mon choix. Blessée car il sait que je ne suis pas douillette, j'ai enduré des examens (DIU et hystéro) à priori douloureux sans un haussement de sourcil. Quand je me fais mal, je ne dis rien. Il le reconnaît lui-même, que je suis plutôt endurante. Alors que là, il ne me prenne absolument pas au sérieux, ma foi, ça m'a beaucoup chagrinée.

Voir les commentaires

commentaires

Rose 24/07/2016 17:26

J'adore te lire car j'ai vraiment l'impression de revivre ma grossesse.
J'étais l'année dernière au même stade avec les mêmes questionnements et parfois aussi certitudes.
J'ai fait un projet de naissance en béton armé: un accouchement physiologique dans une unité de naissance naturelle. Je me suis préparée à un accouchement sans péridurale.
J'ai rompu la poche des eaux le dimanche à 8h00, le travail a commencé vers 10h, je suis partie à la maternité à 14h00, Paul est né le lundi à 14h...
Le lundi à 10h toute l'équipe médicale est venue me demander d'être raisonnable et d'accepter la pose de la péri car une césarienne commençait à être sérieusement envisagée et que mon petit bonhomme souffrait.
Je l'accepte, de toute façon j'avais complètement perdu pied depuis un petit moment déja.
Celle que je voyais comme le diable lol, s'est révélée être tout le contraire, j'ai enfin pu profiter du moment, je n’étais plus enfermée dans ma douleur, j'ai pu me détendre, partager ce moment avec mon mari, sortir de ma bulle. Elle était parfaitement dosée, je sentais mes contractions, mon bébé s'engager, je pouvais bouger mes jambes, mais la douleur abominable avait disparu.
J'ai donné la vie à mon petit garçon complétement détendue et en chantant :)
Je pensais que la pose de la péri serait un échec cuisant, et finalement je ne l'ai pas vécu comme ça bien au contraire.
A coté de ça, ma meilleure amie qui a accouché 14 jours après moi, n'envisageait absolument pas de s'en passer. Au final elle à accouché en 8h sans réelle douleur ET sans péridurale :), elle est d'un naturel "douillette" alors que moi pas du tout.
En bref, ton projet est super et j’espère de tout coeur que tu iras au bout mais il vaut mieux envisager aussi l'autre option :)

Charlotte 21/07/2016 08:31

Par expérience, un accouchement à mon actif, ce que je peux te dire c'est qu'on peut pas prévoir un accouchement. Les projets de naissance c'est bien mais c'est un peu de la poudre aux yeux. Tu peux confronter à une césarienne en urgence, une péri qui marche alors que tu voulais pas souffrir, à une péri alors que tu n'en voulais pas... Tu auras autant d'histoire que d'accouchement.
Pour ma part, mon premier accouchement c'est très bien passé. Une dilatation rapide, la péri n'a pas eu le temps de s'installer du coup un accouchement avec un demi effet.
A 37 sa samedi, je me dis que je veux bien tenter si le travail ne traine pas des heures car les contractions sont horribles a supporter. Si ça se passe comme pour mon aîné, je peux faire sans. Donc on verra bien.

Alexia 20/07/2016 14:12

Je te trouve trés courageuse de vouloir te lancer dans un accouchement sans péridurale. Apres, tes arguments tiennent la route, je veux dire c'est pas une lubie genre "je veux pas de péri POINT". Je pense qu'il faut laisser peut-etre à ton amoureux le temps de prendre conscience de l'impacte que cela pourrait avoir sur ton accouchement. Il a peut-etre été surpris aussi que tu lui dises ça. Aprés dans tous les cas, c'est ton corps, c'est ta décision. Mais je comprends le fait que tu aimerais qu'il y adhére aussi. Gros bizouz ma belle.
Alexia.

Mary 20/07/2016 11:07

Ahhh ça.. c'est surtout que face à leur impuissance en un tel moment, ils préfèrent souvent qu'on souffre le moins possible. Je sais pertinnement que mon mari sera plus stressé que moi le jour de l'accouchement. Là d'ailleurs il est casse pied, il me demande 10x par jour "ça va"? Dès que je soupire ou que je vais faire pipi. Je répète que quand ça n'ira pas je lui dirais mais rien à faire il continue à me stresser avec ses "ça va" complètement injustifiés :P

Eva 20/07/2016 09:24

Bonjour,

Je lis ton blog depuis plus d'un an maintenant et je n'ai jamais osé commenter... mais j'ai lu, espéré avec toi, j'ai été déçue puis surprise par ce joli ++ et j'y ai cru depuis... Je suis très heureuse de voir qu'enfin la vie te fait ce joli cadeau...

Je réagis aujourd'hui pour te dire comme GToch de ne pas en vouloir à ton homme, en plus c'est bien que tu lui en parles dès maintenant parce que ça te laisse le temps de lui expliquer et lui faire accepter ton projet.
Je n'ai pas du tout eu la même histoire que toi, accoucher sans péridurale me semblait être de la folie pure, j'ai appréhendé le jour de l'accouchement dès mon test de grossesse positif, je suis douillette et j'avais vraiment très peur de souffrir donc je me suis dit que je réclamerai la péridurale dès que je le pourrai. Le jour J j'ai été déclenchée et les contractions ont été très soudaines et très violentes, une douleur inimaginable donc j'ai appelé tout de suite pour la péri, on me l'a posé et c'est là que rien ne s'est passé comme prévu. Elle n'a jamais fonctionné, on m'en a posé une deuxième sans succès et j'ai du coup accouché sans péridurale (heureusement très vite, en 3h30). Ce n'était pas du tout ce que j'avais prévu, je n'avais pas envisagé une seule seconde de devoir accoucher sans péri et je l'ai très mal vécu. Mon chéri qui est d'habitude très calme en a pleuré de me voir souffrir autant sans pouvoir m'aider. Et puis ma fille est née et je n'ai plus ressenti aucune douleur, le bonheur. Du coup lorsque je me suis retrouvée enceinte de la deuxième je me suis préparée à devoir à nouveau accoucher sans péri, je la voulais toujours mais je me préparais psychologiquement à ne pas avoir de péri. Le jour J j'étais très sereine, le travail a commencé spontanément ce qui m'a déjà bien rassurée (le déclenchement est plus douloureux). On m'a très vite posé une péridurale... qui n'a pas fonctionné... j'ai refusé pendant deux heures qu'on réessaie, selon moi ça ne servait à rien, ça ne marchait pas et je gérais finalement (le travail spontané est carrément plus gérable!). Puis la sage-femme a insisté pour qu'on me mette une deuxième péri parce que mon col ne s'ouvrait pas et que bébé commençait à montrer des signes de fatigue (je souffrais pour rien en plus! et oui, la péri peut débloquer le col: de 4 à 9 en une heure pour ma première et de 5 à 10 en une heure pour ma deuxième) donc on m'a posé une deuxième péri (la 4è en deux accouchements!) et elle a fonctionné... Le reste de mon accouchement n'a été que bonheur, calme et sérénité. J'ai dormi un peu, ri avec mon mari, discuté avec la sage-femme, j'ai senti mon bébé descendre dans mon bassin, pas eu besoin de pousser car elle est sortie toute seule mais je l'ai sentie passer, et j'ai pu l'accueillir, la prendre dans mes bras dans le calme et avec le sourire (et non dans les pleurs, cris, hurlements et panique totale de mon premier accouchement). Comme te l'a dit GToch, après l'accouchement on reste de toute façons allongée deux heures et ensuite je me suis levée sans problème, je n'ai jamais ressenti aucun effet indésirables suite à mes (nombreuses) péridurales!

Ce que je retiens de tout ça c'est qu'il est important de savoir ce que l'on veut, d'avoir un projet, de s'être renseignée sur toutes ses options et de choisir ce qui nous convient le mieux mais aussi qu'il est important de se préparer à toutes les éventualités, à ce que ça ne se passe pas comme prévu, et à accepter que les choses se passent différemment pour ne pas mal les vivre. Pour mon deuxième accouchement j'étais prête à tout (sauf la césa, ça j'aurai vraiment du mal) et il s'est déroulé à merveille.

Laisse couler pour le moment et tu peux lui en reparler plus tard, documentes-toi sur le sujet avec lui, essaies de l'intégrer au projet.

Girl Gift Template by Ipietoon - Hébergé par Overblog