Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

2017-01-06T11:26:54+01:00

Comment louper son allaitement en 24 heures

Publié par Coralina

Autant je peux me targuer d'avoir eu en gros l'accouchement dont je rêvais, autant l'allaitement fut un flop total. Je dois avouer que je n'étais pas aussi convaincue par mon envie d'allaiter que par mon projet de naissance. Ca et des pratiques nulles de la maternité, l'allaitement n'a pas fait long feu.

Apres la naissance, on a tenté la tête de bienvenue. Ma petite Léna cherchait mais ne prenait pas le sein. Déjà là, une sage-femme a orienté la tête de ma puce vers mon téton, la "forçant" à la prendre. Ce geste m'a profondément froissée et n'a rien changé au problème. Plus tard, une autre sage-femme l'a stimulée en posant une goutte de lait sur mon sein et ouf, première tétée! Il y en eut trois en quelques heures, j'étais fière! Sauf que le lendemain, rebelotte, ma puce ne prenait pas ou mal le sein, ça me faisait un mal de chien et la plupart des sages-femmes avait les mêmes pratiques que la première. Je me sentais traitée comme une vache à lait et mon bébé comme un pantin. Pas étonnant qu'elle ne veuille pas téter! Le soir venu, Léna n'avait rien avalé depuis 24h et moi je me sentais mal, oppressée et lasse de ce combat qui m'épuisait déjà. Une sage-femme bien plus philosophe est passée dans la nuit. Elle a vu que Léna cherchait sans prendre, même avec un peu d'aide. Elle m'a alors posé la question qui tue: "vous voulez allaiter pour vous ou pour elle?" Ma réponse était évidente, c'était pour elle. Parce que rien ne vaut le lait maternel et ce contact si important. Je voulais le meilleur pour la fille. La sage-femme m'a alors fait comprendre que lorsqu'on allaite, il faut aussi voire surtout le faire pour soi. Ne jamais le faire sans le vouloir vraiment. Les larmes ont coulé toutes seules, au fond de moi j'ai toujours senti que l'allaitement, je ne serais pas fan... Elle m'a doucement proposé d'arrêter de me faire du mal, la culpabilité m'a assaillie mais elle a su me rassurer, ne pas allaiter ne ferait pas de moi une mauvaise mère. De plus, mon bébé a besoin de sentir sa maman sereine au moment du repas, et moi chaque tétée était un moment de combat et d'angoisse profonde. Elle est allée chercher un biberon, avec mon accord. Ma fille s'est jetée dessus et moi je pleurais de soulagement en la regardant téter. En quelques secondes, je me suis sentie revivre, un poids énorme m'avait quittée. Même Léna paraissait sereine, paisible. 

Ainsi j'ai loupé mon allaitement et si une part de culpabilité reste en moi, chaque biberon est un moment privilégié, je le donne avec bonheur, sans parler de mon cheri qui est heureux de pouvoir nourrir notre merveille. Nous sommes heureux de nous relayer la nuit, contents de pouvoir la nourrir n'importe où si besoin et, surtout, j'ai retrouvé une paix intérieure nécessaire à mon bébé.

le seul revers fut une montée de lait qui m'a accueillie le surlendemain. Quel cauchemar! A côté, l'episio ce n'est pas grand chose! La douleur s'est estompée en 4 jours, en revanche, je perds toujours du lait. Patience...

Voir les commentaires

commentaires

Roe 08/01/2017 22:20

Ah l'allaitement...quel souvenir affreux
J'étais convaincue d'allaiter, et bien j'ai vite déchanté.
La première tentative fut un fiasco avec une sage femme qui m'a tordu les seins dans tous les sens en me faisant un mal de chien. La deuxième tentative, une autre sage femme qui a mis de l'eau du brumisateur sur le visage de mon bébé pour le stimuler (Non mais c'est quoi leur problème???) et la troisième et dernière une des deux sage femme qui est rentrée dans ma chambre comme une furie car bébé n'était pas au sein (nous étions enfin endormis tous les deux...).
Après avoir longuement pleuré, j'ai demandé un biberon...quel soulagement.
Je reverrais toujours mon petit bébé téter paisiblement sans que je n'ai besoin de m'accrocher à l'oreiller pour cacher ma douleur.
Pour info, Paul a maintenant 14 mois, il va à la crèche depuis ses 9 mois et (je touche du bois) mise à part un petit rhume, n'a jamais rien attrapé..
Si j'ai un jour, un deuxième enfant, l'allaitement c'est NO WAY!!
:)

charlotte 07/01/2017 10:26

Mieux vaut un biberon donné avec amour qu'un sein à contre coeur

Sophie 06/01/2017 21:11

J'ai exactement le même vécu, j'ai culpabilisé ; je voulais lui donner le meilleur. Au final, ma puce nourrie au biberon n'a jamais été malade, moi qui pensais que l'allaitement lui donnerait mes anticorps... J'ai fini par essayer de me convaincre que pour mon 2e j'essayerai de faire mieux, j'ai été très mal préparée pour l'allaitement.On verra ce que ça donnera par la suite, même si j'avoue que ce côté "vache à lait" m'a énormément bloquée ...
En tout cas, félicitations pour l'arrivée de ta puce et profite de ces moments !!!

GToch 06/01/2017 12:44

Vous n'avez rien loupé !
Ni l'une ni l'autre n'était à l'aise dans cette situation.
Il y a mille et une manières de donner le meilleur de soi-même à son bébé. La tétée en est une et le biberon en est une autre :D
Si quelqu'un avait prouvé que l'allaitement maternelle évitait la crise de l'adolescence, tu aurais peut-être pu insister ;) mais pour le coup inutile de se faire du mal.
Profite de ta puce de la meilleure manière qui soit : la votre à toutes les deux !!!

Girl Gift Template by Ipietoon - Hébergé par Overblog